Baby

Je suis toujours fasciné par le fait que la moindre parcelle de surface disponible subisse immanquablement les assauts de tagers impénitents. Art pour certains, pollution visuelle pour d’autres, les graffiti n’en font pas moins partie du paysage, au delà de l’urbain auxquels ils furent, un temps, associés. Sur cette plage de Biville, régulièrement soumise aux intempéries normandes, l’artiste (ou vandale) témoigne, outre son message, de la bonne dose de motivation qui l’aura amené (de façon présumée nocturne) à répandre son aérosol calligraphe sur cette improbable surface. Il est par ailleurs permis de se demander si l’importance du message le justifie… symbolique ésotérique, message amoureux, j’en suis encore à m’interroger sur le sens, d’emblée peu accessible, de ce « baby ». Ce ne sont ni le froid ni le vent, associés pervers de ce matin de novembre, qui eurent raison de mon entêtement à lui trouver un sens, mais un constat d’échec.  Aucune des pistes envisagées ne suscita mon enthousiasme. Seule la notion de trace, antinomie de l’empreinte à vocation éphémère, trouva grâce à mes yeux, en dépit de l’anonymat de l’auteur, paradoxal dans le contexte envisagé.

Mon goût pour la photographie de graffiti me pose accessoirement problème. Un sentiment récurrent et dérangeant me laisse à penser que je suis, en l’occurrence, la moitié de l’artiste auteur. Je me plais néanmoins  à aborder parfois le contexte extérieur au graffiti, de mon fait quant à lui, comme justification suffisante de ces photographies. Cette auto-thérapie, pour rassurante qu’elle apparaisse, n’éteint toutefois pas mes doutes. Pour autant, toujours selon cette approche, un paysage façonné par la nature peut-il, de la même manière être revendiqué par un photographe dont le talent se résume in fine à être là, avec son matériel et la technique qui y est certes associée ? Si le peintre crée de toute pièce, nous photographes ne ferons jamais que prélever.  Cette conclusion m’apaise quant à la photo de graffiti, mais elle ouvre d’autres réflexions qu’il serait déraisonnable d’aborder à cette heure avancée de la nuit…